Test Google Stadia : mon expérience après un mois !

Stadia n’a pas fait le meilleur démarrage du siècle… Cela dit, la firme de Mountain View propose, selon moi, un service viable techniquement qui se rattrape petit à petit sur le reste ! Voici mon test Google Stadia un mois après sa sortie !

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !

Test Google Stadia : un démarrage un peu mou !

Pour rappel, Google Stadia est une plateforme de Cloud Gaming (et non de Cloud Computing) qui nous permet d’accéder, à partir d’un terminal, à des jeux exécutés sur les serveurs distants Google. On peut donc profiter de gros jeux bien gourmands sans avoir une machine surpuissante à la maison : le rêve !

Déjà convaincu par le principe et curieux de découvrir ce genre de service, j’avais commandé le pack Founder’s Edition en début d’année scolaire au prix de 129 €. Un package qui est arrivé quelques jours après le lancement officiel du service le 19 novembre 2019 (un peu dommage quand on est pressé comme moi, mais pas mortel !).

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !

Le pack Founder’s Edition propose :

  • une manette bleu nuit édition limitée avec un câble USB Type-C et un adaptateur (pour pouvoir connecter la manette sur un smartphone Pixel ou un Chromebook)
  • un Chromecast Ultra dédié (seul modèle de Chromecast qui faisait fonctionner Stadia sur la TV) avec son alimentation
  • 3 mois d’utilisation du service avec la prise en compte de la 4K (ce qu’on appelle l’abonnement « Stadia Pro », qui coûtera 9,99 € par mois)
  • un buddy pass (un accès de 3 mois qu’on peut offrir à une personne de son choix)
  • le choix d’un pseudonyme un peu en avance…
Test Google Stadia : mon expérience après un mois !

J’étais évidemment excité lors de la réception du colis et même par la découverte du service. Une découverte qui nécessite en premier lieu d’installer les applications Stadia et Google Home afin de pouvoir gérer le Chromecast Ultra et faire la configuration de la manette (un processus qui va durer entre 5 et 10 minutes et qui est très simple à suivre).

Ma première expérience s’est déroulée sur un téléviseur 4K et quel plaisir de voir apparaître pour la première fois les images des jeux offerts par l’abonnement « Stadia Pro ». Et en premiers jeux, nous avions : Destiny 2 et Samurai Shodown.

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !


J’ai d’abord lancé Destiny 2 (FPS futuriste que je possède déjà sur Playstation 4) et la magie s’est opérée : un jeu gourmand graphiquement nécessitant de grandes ressources se présentait simplement grâce au Chromecast.

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !
Test Google Stadia : mon expérience après un mois !

Durant la première semaine, j’ai pu ressentir quelques lags malgré ma fibre, mais une expérience qui est loin d’être gênante et négative… Aussi, j’étais conscient que le service démarrait tout juste et qu’il était plus ou moins normal d’avoir quelques instabilités. Et ces quelques lags, je les ai surtout ressenti sur le téléviseur (très probablement Stadia qui tentait de pousser de la 4K en continu…). Il faut savoir qu’il est possible de pousser un débit particulier basée sur la qualité voulue (uniquement via l’application smartphone pour le moment) : qualité visuelle la plus élévée (va pousser de la 4K si possible), le bon équilibre (Stadia va choisir tout seul probablement en fonction du réseau) et la consommation de données limitée (un plafond à 720p). Suite aux mini-lags, j’ai décidé de passer en « bon équilibre » et c’est là où l’expérience s’est améliorée.

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !

Après le téléviseur, j’ai décidé de tester le service sur Chromebook… Étonnant ! Bluffant ! Il vous suffit de lancer Google Chrome, d’accéder au site « stadia.com » et de lancer un jeu… Le jeu se lance rapidement et je trouvais qu’on ne pouvait rien reprocher à la stabilité tant elle était bonne (malgré le fait qu’on soit en Wifi). Et voir des jeux AAA qui s’affichent sur Chromebook, c’est juste exceptionnel ! Une superbe expérience de jeu qui m’a fait préférer jouer sur Chromebook que sur le téléviseur (mais ça c’est parce que je suis constamment sur le Chromebook 😎).

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !
Test Google Stadia : mon expérience après un mois !
Google Stadia sur Acer Chromebook Spin 13

Côté catalogue, il n’y avait pas grand chose à se mettre sous la dent… J’ai acheté Tomb Raider Definitive Edition à 10 € et le service a offert Farming Simulator 2019 aux abonnés Pro pour le mois de décembre 2019. Un jeu offert est uniquement disponible qu’en abonnement pro : cela signifie que si demain je décide de passer en abonnement gratuit (quand celui-ci sortira), je ne l’aurais pas dans ma bibliothèque, il faudra que je me réabonne. A noter, tout de même, la présence de certains jeux, plus ou moins récents, qui peuvent conforter le service comme Red Dead Redemption 2, Mortal Kombat 11 ou bien Metro Exodus. Un catalogue faible (en même c’est un lancement) mais pas un catalogue catastrophique.

Google a annoncé pas mal de fonctionnalités qui ne sont pas présentes au lancement, c’est dommage, certes, mais il n’y avait pas d’engagements auprès du grand public sur un planning (donc on ne peut pas reprocher tout cela à la firme…). Par contre, de mon côté, j’ai été confronté au problème du Chromecast Ultra qui chauffait trop : en effet, l’appareil redémarrait de manière répétitive lorsqu’on l’utilisait longuement même en regardant des videos sur YouTube. Du coup, j’ai contacté le support Google pour un remplacement, et c’est finalement le pack complet qui va être remplacé, j’attends juste un email de validation.

Disons qu’au départ, j’étais plutôt satisfait du service, mais que le catalogue ne m’enjouait pas tant que ça… Je n’avais pas fini Destiny 2 sur Playstation 4, du coup je m’étais comme objectif de le terminer, le temps d’avoir des nouveautés niveau catalogue.

Voici ma vidéo de mes premières impressions sur Google Stadia :

Test Google Stadia : le service s’affirme !

Depuis, de données de jeu ont coulé sous les ponts et Google commence à s’affirmer sur Stadia.

Tout d’abord, j’ai l’impression que la stabilité du service s’est grandement améliorée : il n’y a quasiment plus de lags, je joue très naturellement comme si j’étais sur une console de salon. Mais avec les grands avantages du Cloud Gaming : pas de téléchargements de jeu, pas de téléchargements de patch, l’instantanéité dans toute sa splendeur.

Google a ajouté quelques titres à son catalogue, comme Dragon Ball Xenoverse, Darksiders Genesis, Rage 2, Tom Clancy’s Ghost Recon Breakpoint et Borderlands 3. Etant un client Stadia Pro, j’ai pu bénéficier de certaines remiser et j’ai décider d’acheter Borderlands 3.

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !


Pour rappel, Stadia n’est pas un Netflix du jeu vidéo, vous ne payez pas un abonnement pour accéder gratuitement à tous les jeux du catalogue, non. Il y aura deux offres à partir de début 2020 :

  • l’offre Stadia Pro qui va coûter 9,99 € par moi et qui va vous permettre de profiter de la 4K, de jeux offerts et de remises sur les jeux
  • l’offre Stadia gratuite, qui permet d’accéder gratuitement au service en 1080P, par contre, il faudra acheter ses jeux.

Et c’est en jouant à Borderlands 3 (FPS futuriste et déjanté) que j’ai réalisé que le service est vraiment bon. J’y ai joué pendant 3-4 heures (finalement plus sur le téléviseur) et je n’ai pas eu de lags, pas vraiment d’artefacts visuels (à part durant certains démarrages) : mon expérience est vraiment comme sur console avec en prime un lancement rapide du service peu importe la plateforme (Chromecast ou Chromebook).

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !


Test Google Stadia : mon expérience après un mois !

Au passage, le géant américain a poussé quelques nouveautés :

  • le Google Assistant (qui a son bouton dédié sur la manette) est désormais fonctionnelle sur téléviseur : une feature qui reste très limitée mais qui est tout de même présente (on peut lancer un jeu à la voix, demander l’heure ou toujours demander « Qui est le président de la République Française ») et qui va sûrement s’enrichir avec le temps avec de l’intégration ingame
  • nous pouvons acheter des jeux à partir de l’interface Stadia Chrome : en effet, initialement, il n’était possible de le faire qu’à partir de l’application mobile
  • l’apparition des succès : désormais, il est possible d’obtenir des succès et d’afficher les succès à déverrouiller de manière à compléter les jeux à « 100% »
  • en tant que membre fondateur, j’ai reçu un nouveau buddy pass que je peux offrir à quelqu’un (en plus du premier)
  • tous les Chromecasts Ultra sont compatibles Stadia : donc il suffira d’acheter la manette pour ceux qui ont déjà un Chromecast Ultra à la maison

Test Google Stadia : en conclusion

Après un mois d’utilisation, je peux confirmer que le service est viable techniquement ! En effet, durant ma première semaine de jeu, j’ai pu ressentir de temps en temps des lags… A ce moment-là, j’avais même présenté le service à un ami qui n’a pas approuvé Stadia sur le coup (et je le comprends complètement)… Mais qui a changé d’avis après l’avoir testé chez lui quelques temps après !!

Depuis, le service s’est grandement amélioré et commence à proposer plus de contenus (on en est qu’à un mois d’existence, ne l’oublions pas !). Pour ma part, je me fais vraiment plaisir sur Borderland 3 avec une réelle volonté de le terminer, parce que le jeu est bien et parce que le service est rapide et sans couture. Et depuis l’arrivée de Stadia, je n’ai pas rallumé la Playstation 4…

Test Google Stadia : mon expérience après un mois !

Beaucoup critique négativement Google Stadia sans vraiment connaître le service… Mais tout comme les Chromebooks, essayez-le avec une bonne connexion et vous devriez être bluffés ! Cela dit, pour convaincre plus facilement, il va falloir que Google investisse beaucoup plus sur les jeux de manière à rassurer les gamers dans l’implication des éditeurs et des développeurs sur le service. Personnellement, je pense que ce n’est qu’une question de temps !

Sinon à part ça : Joyeux Noël 🎅🎄 !

9 Comments

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.